Association LCAPAM | luttecapam@gmail.com | © 2019 LCAPAM

Questions pour un champion !

11/02/2018

 Toutes les questions que nous aurions voulu poser à M. Alain Berset, président de la Confédération, lors de l'émission d'Infrarouge du 10.1.2018.
 

Nous avons cruellement manqué de temps, c'est pourquoi nous les posons par écrit à M. Berset et attendons impatiemment ses réponses.

QUESTION 1

URGENCE: Nous représentons les bas et moyens revenus. Nous souhaitons garder notre
dignité et couvrir nos besoins grâce au revenu de notre travail. Nous ne voulons pas dépendre
de l’aide sociale. Les gens dans cette situation sont dans l’urgence. Certains ne peuvent déjà
plus payer leur prime, d’autres ce sera dans les prochains mois.


Qu’avez-vous à nous proposer pour stopper ces augmentations ?

 

QUESTION 2

Deux mesures prioritaires du rapport des experts (remis en octobre) qui en propose 38 :
- Plafond contraignant pour l’augmentation des coûts.
- Article expérimental dans la LAMal (projet pilote dans certaines régions)***.

 

Est-ce que la 2e mesure pourrait être la mise en place, comme projet expérimental,
d’une caisse maladie de compensations cantonales à Genève sur une durée limitée ?


***Objectif
L’introduction dans la LAMal d’un article expérimental a vocation à fournir une base légale claire
pour la réalisation de projets pilotes innovants destinés en particulier à tester des mesures
propres à juguler (=enrayer, arrêter) l’explosion des coûts.

 

QUESTION 3

IMPUISSANCE: On a un sentiment d’impuissance du politique pour régler le problème. On
vous a écrit une lettre pour vous faire part de notre urgence et de la difficulté de faire face à une
hausse des primes. Vos services nous ont répondu que le Conseil fédéral allait adapter le
système Tarmed pour une économie de près de CHF 470 millions de francs, soit 1.5% des
primes. La conclusion est que le résultat de votre travail est bien maigre, car notre problème
reste entier. Chaque année le Conseil fédéral nous annonce des hausses et il semble incapable
d’enrayer la machine.


Quel est votre véritable pouvoir pour régler cette escalade, sachant que de nombreux
parlementaires suisses sont affiliés à des assurances maladie ou à SantéSuisse?

 

QUESTION 4

DÉCENCE: La LAMal prônait un accès aux soins pour tous ! Aujourd'hui, un grand nombre de citoyens choisissent des franchises très hautes pour tenter de faire baisser leurs primes qui représentent (15-20% de leur revenu, soit près d’un franc sur cinq.) Nous avons fait un petit calcul. Si vous faisiez pareil, ce serait 6’901 francs que vous donneriez à votre caisse d’assurance maladie. Seulement, vous aurez toujours de quoi vivre après, alors que pour nous autres, ce n'’est de loin pas le cas. De plus, nombre de Suisses renoncent à aller chez le médecin. Notamment celles et ceux qui ne peuvent pas se payer une franchise basse.

 

N’y a-t-il pas une forme d’indécence de voir des gens payer pour une assurance
maladie et finalement renoncer à se soigner pour des questions de revenus?
Selon vous, à partir de quel pourcentage de revenu, l’effort demandé à la population
devient indécent?

 

 

QUESTION 5

TRANSPARENCE: L’augmentation des primes est toujours justifiée par l’augmentation des coûts de la santé. Or, les deux hausses ne sont pas proportionnelles. Ne devrait-on pas plutôt parler des réserves et des prévisions ? Ces deux facteurs influencent beaucoup plus la hausse annuelle.
La priorité est de stopper l’augmentation des primes ≠ augmentation des coûts de la santé
Les réserves sont supérieures aux normes légales.
Les assureurs ne sont pas contrôlés correctement à cause d'un manque d'effectif.


Pensez-vous que les assureurs ont pris le pouvoir et que l’État ne contrôle plus rien ?
Pourquoi n’obtenons-nous pas la transparence des comptes des caisses-maladie ?
réserves ?

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

À l'affiche

Philippe Eggimann, le médecin qui réclame un gel des primes

26/07/2019

1/1
Please reload

Posts récents

14/10/2018

Please reload

Par tags
Please reload

  • facebook
Nous suivre